Jeunes de 20 ans | Une génération sacrifiée ?

Les étudiants n’ont pas fini de souffrir économiquement des effets du confinement et de la Covid-19. Ce n’est pas l’inaction du gouvernement qui va arranger les choses. Car oui, c’est assez dur à le croire mais le gouvernement a tout simplement ignoré les étudiants et les jeunes.

Les jeunes socialistes s’inquiètent de voir en plus d’une seconde vague de victimes de la Covid-19, une vague  d’étudiants en situation de précarité morbide.

Faisons un point sur la situation actuelle.

Les jeunes s’estiment lésés et ressentent de plus en plus d’incertitude quant à leur avenir. Un nombre non négligeable d’étudiants se retrouvent en souffrance psychologique.

Cours en distanciel, isolement et désormais un couvre-feu qui va encore réduire les opportunités de petits boulots: les jeunes sont les grands perdants.

A savoir que la situation des jeunes s’est tellement aggravée avec la crise économique et sanitaire que le nombre de jeunes au chômage dépassera la barre des 25% d’ici la fin de l’année. A ce chiffre inquiétant s’ajoute celui de 750 000 jeunes arrivant sur un marché de l’emploi saturé et dégradé.

Le President de la République se moque t-il de la jeunesse après l’intervention du JT de 20H ?

Emmanuel Macron avait annoncé mercredi une aide exceptionnelle pendant six semaines de 150 euros avec 100 euros de plus par enfant pour les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) et de l’aide personnalisée au logement (APL).

Mais finalement, les bénéficiaires des APL toucheront bien 100 euros par enfant mais pas les 150 euros de base, contrairement aux allocataires du RSA. Les moins de 25 ans seront donc très peu nombreux à recevoir cette aide.

Que faire pour avoir une réponse à la hauteur de l’enjeu ?

Certains vivent des conditions de vie difficiles les empêchant d’étudier dans un contexte favorable à leur réussite.

Les Jeunes socialistes proposent une série de mesures de protection sociale pour la jeunesse.

  1. Ouvrir le Revenus de Solidarité Active aux jeunes de moins de 25 ans.
  2. Gel des loyers immédiat (première dépense d’un étudiant) + un suivi personnalisé des étudiants.
  3. Un accès numérique universel pour chaque étudiant travaillant en distanciel
  4. Des masques gratuits (L’État doit prendre ses responsabilités).
  5. un chèque solidarité transport au étudiants les plus précaires, pour tenir face au coût du transport.

Nous sommes disposés à rencontrer les élus afin d’échanger sur ces mesures qui pourrait, et nous en sommes convaincus, entrouvrir une sortie de la précarité pour des milliers de jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *